Nkongolo Kabila Mutshi et le nouveau challenge de la DGDA

Nkongolo Kabila Mutshi et le nouveau challenge de la DGDA

Déo Rugwiza Magera s’est éteint  le 15 avril 2015 et notre magazine avait consacré une édition spéciale sur les derniers hommages rendus à ce Directeur Général emblématique de la DGDA. Mais l’héritage professionnel de celui qui est considéré comme étant le  meilleur gestionnaire congolais de l’histoire des entreprises (Confère les nombreux prix des organisations nationales et internationales crédibles), n’est pas allé avec lui dans son sépulcre. Plusieurs compatriotes en ont été bénéficiaires et parmi eux, un noyau de personnes en incarne bien le secret. Jean-Baptiste Nkongolo Kabila Mutshi, l’actuel DG Intérimaire de la DGDA est parmi les membres de ce noyau très select.

Avant même l’avènement du DG Deo Rugwiza, le douanier Nkongolo Kabila s’était déjà fait signalé au sein de l’administration douanière, notamment dans la province du Nord-Kivu où la rigueur et le sérieux de cet homme lui avait valu des surnoms divers.Il avait également fait ses preuves dans la Province Orientale et celle du Kongo Central où il dépassait toujours de  manière spectaculaire ses assignations budgétaires. 

Une fois appelé dans les hautes fonctions comme Directeur Général Adjoint de la DGDA  en charge de l’Administration et Finances, JB Nkongolo  a collaboré étroitement avec son chef. Et sur le plan de la profession, les deux hommes avaient les mêmes éléments en commun, jusqu’au point que les personnes avisées en matière de douane en RDC ont toujours considéré JB Nkongolo comme un successeur naturel et potentiel de Déo Rugwiza.

Tous deux ont développé une discipline très rigoureuse  dans leur façon de travailler, laquelle discipline est à la base d’une fermeté mettant en avant plan l’intérêt supérieur de l’Etat congolais.

Il convient quand même de noter que la douane congolaise d’aujourd’hui vient de très loin. Vers fin la des années 1990 et début 2000, cette douane s’était caractérisée en gros par des pratiques néfastes de la dénaturation des marchandises et de la minoration des valeurs de ces dernières. La minoration des valeurs, était sommairement cette pratique où la vraie valeur de la marchandise était minimisée par l’importateur qui négociait avec l’agent de douane commis à la tache sur base d’un forfait.

L’une ou l’autre de ces pratiques, se soldait toujours au détriment du trésor public, d’où la faiblesse des recettes douanières datant, contrastant outrancieusement, avec l’enrichissement des agents de douane à tous les niveaux.

Dans ce temps-là, la corruption au sein du système douanier était pratiquée en chaine, c’est-à-dire de la production du document au dédouanement proprement dit. Et dans ces pratiques, les commissionnaires en douane, appelés communément déclarants en douanes, en faisaient leurs affaires.

JB Nkongolo Kabila et les nouveaux challenges de la DGDA 

Au moment où la RDC, à l’instar du monde entier, fait face aux ravages de la maladie à corona virus, dite COVID 19, le choix de Jean-Baptiste Nkongolo Kabila à la tête de la douane congolaise parait impérieux aux yeux des beaucoup d’opérateurs du secteur financier et économique, car le Gouvernement congolais a besoin des hommes de sa trempe pour faire face à la gestion de cette période particulière.    

Le fait de poursuivre l’impression dans le chef des douaniers cette rigueur qui le caractérise est susceptible de permettre à la première  pourvoyeuse des recettes du trésor public, de continuer à doter  l’Etat congolais  des moyens nécessaires escomptés pour mener à bien sa politique.

Pour ce faire, dans l’entourage du DG a.i Nkongolo, on annonce que la nouvelle perspective ne consistera pas à inventer la roue car la douane congolaise est très bien structurée et régie par des textes efficaces. Il s’agira tout simplement de poursuivre l’œuvre de l’application du tarif douanier dans son sens strict. A ce sujet, ceux qui pensent que leurs propres poches doivent gagner plus au détriment de l’Etat congolais et qui sont avertis que tel est le nouveau challenge du DG intérimaire de la DGDA, murmurent leurs mécontentements et développent déjà des pratiques pour  perturber sa quiétude.

Mais ne sachant pas par où commencer, ils montent timidement une certaine presse et les réseaux sociaux comme ci dans ce pays l’objectivité et la compétence doivent être relégués au bas de l’étage au profit des mensonges cousus à fil blanc. Tout à fait ridicule.  

Le nouveau challenge pour JB Nkongolo c’est également la  poursuite des  réformes administratives en cours, notamment en parachevant le processus de recrutement des nouvelles unités au sein de la douane congolaise et en veillant scrupuleusement à ce que l’évolution  en grade puisse s’effectuer sur base d’une stricte méritocratie au vu des textes en vigueur.

La création des conditions de sortie honorable pour les agents de douane qui auront atteint l’âge maximum de prestation, tel que recommandé par la loi congolaise en la matière, constitue aussi une priorité dans ce domaine.

Il est maintenant de notoriété publique que l’image du douanier congolais s’est sensiblement améliorée ces dernières années et l’engagement du  nouveau leadership de la DGDA, incarné par JB Nkongolo Kabila, est celui d’y œuvrer davantage car une douane respectée et admirée est toujours un élément important pour le prestige du pays.

En définitive, les perspectives de la douane sous JB Nkongolo sont celles de travailler davantage sur son image positive, aussi bien sur le plan de sa considération  sous régionale, continentale et mondiale que sur celui de son rendement en termes de mobilisation des recettes et de la qualité de sa prestation de service.

Droit à la vérité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *